Le Soulor 1925

1 avis clients

64800, Nay
Voir le site
France
France
Europe

Le Soulor est une marque de chaussures de randonnée. Depuis plus de 90 ans, l’Atelier Le Soulor fabrique des chaussures de montagne et des bottillons de ville aux allures vintage en cousu norvégien (technique maîtrisée aujourd’hui par seulement 3 ateliers français). Les matières premières sont toutes françaises et de première qualité (cuir Degerman pour les connaisseurs). Le Soulor réalise sur demande les chaussures sur-mesure pour les pieds les plus exigeants !

Le Soulor vends aussi directement à l’atelier dont la visite est possible au cours du parcours d’achat !

Lieu de fabrication

Nay (64800)

Provenance des matériaux

  • Les cuirs en France : Arnal à Rodez, Degermann à Barr, Carriat à Espelette et Garat à Armendaritz.
  • Les semelles Vibram seules sont fabriquées en Italie.
  • Semelles françaises par Sacred (Bert 03)

Labels

Produits de la marque

  • Chaussures de randonnée
  • Chaussures de ville
  • Sandales
  • Chaussettes
  • Produits d’entretien chaussures
  • Ceintures
Les informations présentes sur cette page proviennent directement des Marques.
1 avis clients

3.5 étoiles sur 5

Pas d'avis pour le moment
Tor65
Qualité : /
Durabilité : /
Service : /
Prix :

Pour ceux que ce fabricant pourrait intéresser: j’ai eu le modèle « Vignemale » et ma femme le modèle « Ossau ».

Après 2 sorties aux champignons pour « les faire » à ses pieds et une petite sortie de 4h de marche et 700m de dénivelée, ma femme les a ramenées et s’est fait rembourser (à 50€ près): trop lourdes, trop dures, inconfortables, grosses ampoules aux deux talons. Et pourtant elle n’est pas sensible des pieds habituellement. Ses Lowa Renegade ne lui ont jamais fait ça!

En ce qui me concerne j’ai été plus patient, j’ai fait 6 sorties de plus avec mes Vignemale, dont une de 6h et 1000m de dénivelée. Conclusion similaire! De plus j’avais des douleurs au coup de pied à la pliure des orteils (le cuir plie vers le bas et appuie sur le pied). Dommage qu’ils n’aient pas donné une forme un peu plus arrondie à la semelle à cet endroit pour faciliter le déroulé du pied sans obliger le cuir à faire un pli. J’avais aussi le pied qui nageait si pas assez de serrage (d’où les ampoules), ou qui souffrait si c’était trop serré, ceci malgré des essais avec plusieurs semelles différentes et des épaisseurs différentes…. Difficile de trouver un compromis. Dommage qu’ils n’aient pas mis plus de mousse autour du talon, ce qui aurait permis de l’immobiliser sans douleur, comme sur des Meindl (j’ai eu des Borneo 2 qui étaient d’un confort incomparable).

J’en ai conclu que ces modèles n’étaient pas du tout adaptés à la randonnée, comparés à ce que j’ai pu porter jusque là (ça fait 40 ans que je fais de la randonnée et de l’alpinisme). Sans doute plus indiqués comme chaussures de travail, pour les bûcherons par exemple, dans une utilisation plus statique, où la solidité sera plus un critère de choix que le confort. Ou pour aller frimer en ville, ce genre de gros godillots semblant être revenu à la mode…

De plus j’ai eu plusieurs autres sujets de déception concernant ce fabricant, qui méritent d’être signalés.
Tout d’abord le « sur-mesure ». Je suis allé acheter ces chaussures avec ma femme à l’atelier de fabrication de Nay, pour être sûr que la prise des mesures du pied serait bien faite. Finalement, aucune prise de mesure, l’essai de la chaussure en 44 se passant bien, on opte pour une pointure standard en 44,5 (comme pour les Meindl Borneo, par sécurité en bout de chaussure). Chaussures sur mesure? Plutôt argument marketing…
Ensuite j’ai été surpris que la double couture ait été supprimée sur ces deux modèles de randonnée et de travail, utilisés en conditions difficiles, alors qu’elle a été conservée sur les modèles de ville, moins soumis aux fortes contraintes. Les fabrications plus anciennes de ces modèles de randonnée (du temps d’Aldo) comportaient pourtant bien une double couture! Qui pourra nous dire si la solidité et l’étanchéité de ces chaussures n’aura pas à en souffrir?
Je passe sur la fixation des œilletons qui traverse la doublure en cuir et qui est apparente. Outre un aspect bas de gamme (vu le prix de la chaussure: 325€), on sent ce métal à la pliure de la chaussure au niveau du coup de pied à la liaison avec les orteils.
Enfin, j’ai posté un avis sur Google le 20/10/21, qui détaillait ce que je viens de vous dire. Les propriétaires m’ont gentiment répondu dans un premier temps, en disant que la double couture n’était pas possible sur un cuir aussi épais… avant de supprimer purement et simplement cet avis, quand j’ai parlé des anciennes fabrications d’Aldo!

Je pense que ce fabricant, au marketing très intelligent… mais pas très honnête, se débrouille pour n’avoir que des avis favorables!

Conclusion de cette expérience plutôt couteuse, nous avons fini par acheter, ma femme et moi, des Meindl Badile pour combiner le confort des Borneo et la solidité et la durabilité de la véritable double couture norvégienne. Et là c’est l’incroyable miracle. Chez Meindl, ils ont réussi avec la Badile à résoudre l’équation: Polyvalence = Légèreté + Robustesse + Confort + Rigidité + Étanchéité + Respirabilité! Pour 100€ de moins!
Un vrai tapis volant! J’en suis super content!